cv, emplois, missions et stages en France
286 Visiteurs connectés

Article Les echos 30/09/08

Enligne : edito

 

Interview Les Echos 30/09/2008


 

    Lien vers l'article dans le site

De nucléaire-enligne-fr.com à sudouestjob, les sites d'emplois se spécialisent


Sur la Toile, des myriades de sites ou de portails se créent avec des offres par métier pour mieux répondre aux entreprises à l'affût de profils ciblés.

Quelque 850 sites d'offres d'emplois spécialisés. Tel est l'éventail proposé par le portail enligne-fr.com aux recruteurs et candidats. Répartis selon trois grandes thématiques - métier, secteur d'activité, localisation géographique -, les espaces à disposition de l'internaute sont légion : developpeurs.enligne-fr.com, consultants.enligne-fr.com, chimistes.enligne-fr.com, mais aussi nucleaire-enligne-fr.com, logistique.enligne-fr.com ou encore marseille.enligne-fr.com, morbihan.enligne-fr.com...

Les internautes les plus pointilleux trouveront même un site d'offres d'emplois dédié aux professionnels de la chaudronnerie, un autre réservé aux fonderies et un troisième portant sur les métiers d'assistantes de direction. L'intérêt d'une telle spécialisation ? « Nous facilitons la recherche du recruteur qui souhaite des profils très pointus et ciblés. De même, le candidat peut voir les offres qui le concernent au plus près », explique Vincent Feybesse, fondateur d'enligne-fr.com, qui revendique une base de 50.000 CV datant de moins de huit mois, et une fréquentation de 300.000 visites par jour.

Valeur ajoutée

A l'heure où les réseaux sociaux servent aussi de canaux de recrutement et où la vidéo en ligne est utilisée en guise de CV, nombre de sites d'emplois font le pari de la spécialisation pour offrir une valeur ajoutée à leurs visiteurs. A l'instar de emploi-environnement.com pour les métiers de l'environnement, de regionsjob.com pour les emplois régionaux ou de handijobs.com pour les personnes handicapées... Et la liste est encore longue.

Ce développement semble avant tout conjoncturel, lié aux difficultés de recrutement rencontrées par les entreprises. « Dans le contexte de tension actuel, il faut être capable d'aller chercher le candidat dans son univers professionnel immédiat », explique Jacques Froissant, fondateur du cabinet de recrutement Altaïde. C'est le sens de la démarche de batiactuemploi.com. Ce portail spécialisé sur les métiers du BTP et des travaux publics propose 6.000 offres d'emplois de moins de 90 jours. Un chiffre modeste, pourtant revendiqué par Xavier Dumoulié, directeur général délégué de Cap Info Pro qui édite le portail : « Nous récoltons des CV très ciblés : les candidats travaillent dans l'univers du BTP, ils ne viennent pas par hasard. » Doté de pages d'actualité et d'offres de formation aux métiers du secteur, le portail évite les profils trop généralistes. « On peut même atteindre des candidats passifs, qui sont en poste et ne désirent pas forcément bouger, mais qui peuvent changer d'état d'esprit en visualisant certaines offres », poursuit Xavier Dumoulié. Même démarche chez regionsjob.com, qui dispose de huit portails d'offres d'emplois spécialisés par zone géographique, et véhicule au total quelque 32.400 offres. « L'enjeu du recrutement via Internet n'est pas la quantité de CV récoltée, qui est de toute façon très importante. C'est la qualité et l'adaptation des profils à l'offre. On a donc tout intérêt à segmenter les populations », affirme Guillaume Semblat, directeur général de RegionsJob.


Dépendants de la conjoncture

Et pourtant. En se spécialisant, ces portails deviennent de fait plus dépendants de la conjoncture de leur secteur d'activité. « En 2002-2003, on a vu des sites spécialisés sur l'informatique être obligés de fermer lorsque la situation économique était très difficile », rappelle Jacques Froissant. De même, seuls les portails capables de générer un gros trafic sont susceptibles d'attirer les recruteurs. « Si on se place sur une niche trop étroite et que le recruteur ne reçoit qu'un profil tous les quinze jours, on ne dure pas longtemps... », reconnaît Guillaume Semblat, de RegionsJob. D'où la sérénité des sites généralistes comme Monster, l'Apec, Keljob ou Cadreemploi. « En réalité, un candidat en recherche d'emploi ne se cantonne pas à un seul espace de prospection. Ces sites spécialisés ne font qu'élargir l'offre globale », conclut Bruno Bremond, vice-président directeur général de Monster, qui continue de jouer la carte généraliste tout en mettant à disposition des portails plus ciblés (jeunes diplômés, secteur public, handicap, banque finance assurance...). Officiellement, la guerre des sites n'a pas encore lieu.

 

MAXIME AMIOT